Nous avons remarqué que vous utilisez un navigateur non reconnu. Il se peut que les pages de TripAdvisor ne s'affichent pas correctement.Notre site est optimisé pour les navigateurs suivants:
Windows: Internet Explorer, Mozilla Firefox, Google Chrome. Mac: Safari.

MALAGA, la belle aux griffes acérées.

Le Cannet, France
Auteur de niveau
1 post
65 avis
19 votes utiles
MALAGA, la belle aux griffes acérées.

Incontestablement magnifique, séduisante, et attractive, cette ville n'en demeure pas moins un piège à touristes. Visitez-la, parcourez la, consommez la, mais n'allez pas vous imaginer connaitre l'Espagne après votre séjour ici.

Un flot ininterrompu de touristes du monde entier nous donne l'impression aux heures de pointe de nager à contre courant dans les eaux du Zambèse, où harcelé par des rabatteurs des innombrables bars, restaurants aux terrasses omniprésentes, vous aurez la joie de gouter à ce qui n'a de gastronomie espagnole que le nom.

Quant aux personnels, il n'est pas rare d'être servi par une personne à l'espagnol balbutiant, vous proposant des cocktails préparés par des barmans incompétents et vous servant un breuvage bien à eux. Les restaurants à tapas: des usines à touristes où l'objectif n'est que servir rapidement des préparations à la qualité très irrégulière des clients interchangeables. La population locale , assaillie 365 jours par an par des étrangers vous fera souvent sentir que vous n'êtes pas les bienvenus. Et pour terminer cette abondante critique, Malaga, c'est 1800 taxis dont certains rajouteront quelques euros à votre course. Pourquoi tant de haine, me direz vous? parce que les amateurs d'Andalousie et connaisseurs de ce pays fantastique qu'est l'Espagne ont du mal à accepter tout ce qui a été décrit ci-dessus.

Maintenant, ne vous privez pas de cette étape qu'est Malaga, car c'est une très belle ville à l'histoire à fleur de peau, et aux plages fantastiques.

1 réponse
1. Re: MALAGA, la belle aux griffes acérées.

Très bon connaisseur de l'Andalousie, j'ai 61 ans et j'y viens régulièrement depuis l'âge de 7 ans, je confirme ces propos ; Séville, Cordoba, Cadiz, Malaga, Ronda, il faut les voir bien entendu mais à l'exception de leurs monuments et d'une certaine représentation d'une certaine culture Andalouse, j'affirme que ce n'est pas l'Andalousie !

Il est des endroits magnifique tels que le cap de Gata à l'est d'Alméria (qu'il convient d'oublier à l'exception de son Alcazaba).

Les Aplujaras, versant sud et nord de la sierra Nevada, sauvage et spectaculaire, (un paradis pour les sportifs et les amateurs de randonnée de flore et de faune sauvage...), avec leur partie Almérienne des valées de l'Andarax et la sierra de Gator.

Il faut voir le désert d'Alméria par l'ancienne nationale, celle qui passe par Tabernas où ont été tournés et se tournent encore aujourd'hui de célèbres westerns et autres films fantastiques, puis Sorbas et ses falaises et remonter jusqu'à Garrucha, petit port bien typique du levant Andalous couronné par Mojacar sur ses hauteurs, une petite merveille moresque au pied de la sierra Cabrera..

Aller plus au sud en longeant la côte sauvage pour atteindre Carboneras avant de redescendre dans le parc naturel du cap de Gata pour y découvrir la Négras, la Isleta, villages perdus au fond d'une vallée et San José, la porte nord du cap.

Plus au nord, les Velez Rubio et Blanco, Guadix, et les barrages qui alimentent le Guadalquivir : le plus grand s'appelle Negratin.

Plus au nord encore, dans les forêts d'oliviers, Ubeda la céramiste, l'Andalousie authentique !

Au sud, face à l'Atlantique Tarifa et Algésias, deux écrins de lumière incontournables.

Et avec un point commun à tous ces endroits : la gentillesse et l'accueil des Andalous "profonds", leur ouverture, leur soif de vivre et de vous faire partager leur joie de vivre, leur amour d'une vie simple auprès d'une nature difficile car trop ensoleillée mais qu'ils adorent, leur fierté sans supériorité, leur générosité, des gens adorables qu'il est facile d'aimer et qui vous seront toujours reconnaissants d'essayer de parler leur langue, jamais il ne vous feront répéter une phrase mal prononcée, toujours feront-ils l'effort d'essayer de comprendre ce que vous avez tenté de leur dire, les voilà décrits.

Au fil des années, j'ai bien entendu vécu des petits moments plus douloureux, des grivèleries, des tentatives d'arnaques, des tarifs mal interprétés, toujours à mon désavantage, de froids accueils et parfois des mots pas très sympas mais c'était toujours, toujours en ville, surtout dans les aéroports et souvent l'été quand les Andalous font appel à des renforts extérieurs pour faire face à l’afflux de touristes ou quand les madrilènes et les barcelonnais déboulent en masse sur les plages,

Jamais je n'ai été traité de cette manière par un vrai Andalous !

Voici mon témoignage, j'espère qu'il motivera nos concitoyens à délaisser les destinations touristiques pour aller au contact des vrais Andalous et découvrir ce peuple si chaleureux.

Répondre à : MALAGA, la belle aux griffes acérées.
Recevez une notification par e-mail lorsqu'une réponse est publiée
Réponses aux questions fréquentes sur Malaga